Le carré nous voeux carrément heureux ! Bonne année 2018 !

 

Et pendant ce temps sur nos terres…

P1070744.JPG

Parcelle n° 1, Camille

1.JPG

Parcelle n°2, Elisabeth et Marion

2.JPG

Parcelle n°3, Les Mousquetaires

3.JPG

Parcelle n°4, Laurence et Patrick

4.JPG

Parcelle n°5, Anne et Benoît

5.JPG

Parcelle n° 6, Mathilde

6.JPG

Parcelle n° 7, Chantal

7.JPG

Parcelle n° 8, Fabien

8.JPG

Parcelle n° 9, Hélène et François

9.JPG

Parcelle n° 10, Christine

10.JPG

Parcelle n° 11, Florence

11.JPG

Parcelle n°12, Camille et Nicolas

12.JPG

Parcelle n° 13, Jean Yves

13.JPG

Parcelle n° 14, les collégiens

14.JPG

Parcelle n° 15, Antoine

15-1.JPG

Parcelle n° 16, Nicole

16-1.JPG

Repérages par Hélène et François

28 décembre 2017

 

CJ: Alors cette découverte du 9ème ?

H&F: Et bien, c’est grand, très grand. Temps gris et vent glacial il faut lire entre les traverses et les avenues, les pavillons de tous âges et les barres formidables.

CJ: Quels repères, quelles inspirations ?

H&F: Urbanisme sauvage où les villages sont reliés par de gigantesques immeubles, effrayant ! Difficile de rattacher de petites maisons timides aux villas cossues des années 30, et puis soudain un paysage de garrigues et de rochers jusqu’à la mer, la plus grosse partie de l’arrondissement vers le Sud, atteindre les calanques, les cabanons en quittant la prison des Baumettes.

La Méditerranée est bien présente mais elle se mérite, elle inspire une certaine sérénité après une jungle de béton, de cailloux, d’habitats bricolés.

CJ: "Terrain vague", votre projet est-il donc toujours d’actualité ?

H&F: Plus que jamais mais désormais tous les angles se conjuguent. Vague à lames et vague à l’âme, terrain vague vaguement déterminé, maquis balisé, accidents de terrain, catastrophes architecturales, quartiers préservés, zones militaires, espaces universitaires, que faire avec cet embrouillamini sinon un embrouillamini ? on y trouve même un obélisque pour ponctuer un carrefour !

CJ: Quelle suite ?

H&F: Un bon moment de décantation avant de trouver l’identité dominante mais de toute évidence des vagues, des vagues, des vagues…

P1150259.jpg

Brrrr !

Hum! Dès le départ cette histoire de jardin au carré nous semblait tordue. Tirage au sort, réunion sabbatique, liens improbables avec Marseille, mais bon, que faire à l’heure où la retraite sonne ? Adhérons et engageons-nous.

Adhérer on a vite compris, les pieds dans la glèbe, l’outil crotté sous les éléments déchainés, la pluie qui transperce la parka destinée à nous protéger du mistral…

Mais non, je m’égare, pas une goutte de pluie pendant près de 6 mois, en réalité on racle, on pioche, on tente la réalisation d’un projet onirique.  Une compétition acharnée s’engage entre les carrés investis par les créateurs motivés.

Nous, au n° 9 c’est "terrain vague", une boutade qui nous arrangerait bien, une friche informe laissée au hasard des saisons. Pas si simple, l’expression nous entraîne vers d’autres pistes; vagues à lames (de fond), arrondissement jouxtant les calanques, chiffonniers errants le crochet en main, chardon bleu des sables cher à Victor Hugo… Le chantier va s’ouvrir dès janvier, à nos brouettes, nos pioches, pelles et chocolats chauds, où l’on aperçoit l’écume des jours.

Vol de nuit à bord de Jo

Mon voisin Jonathan est venu me guider dans ce premier vol de nuit à bord de Jo, le drone. C'est formidable! Nos carrés vus du ciel! in extrémis avant le passage à l'hiver!

DJI_0011.jpg
DJI_0001.jpg
DJI_0013.jpg
DJI_0020.jpg

 

Gratitude des cahiers dessinés et

Des tressaillements

Des vibrations intimes

Ah !  la belle saison Ah !

L’eau de rose

Reine de cette terre, conduis-moi

Vers

 

Carré patient à l’ivre passé hydre

Hiver sous le manteau

Rose-Marie

Attend

Sous la lune gelée

Sous la brume et le givre

Aisselles des mésanges

Des biches rousses

Des bois

arrivée d'un drône

afin de pouvoir réaliser des photos aériennes, j'ai commandé un drône. il arrive le 20 et je vais devoir apprendre à m'en servir! À bons entendeurs, pour ceux que ça intéresse!

1487116323264568791.jpg

16 haïkus des 16 collégiens, parcelle n°14

Les collégiens ont imaginé un rituel pour enfouir la plaque de papier aquarelle : ils ont lus les haïkus qu'ils avaient écrit à cette occasion. Ils viennent de nous les envoyer.

IMG_4406.JPG

 

Dans les fleurs du cerisier

J'ai vu le passé

Défiler.

 Lysa

 

L'automne est arrivé avec le vent -

Je me sens libéré,

Comme une feuille qui vole.

 Zaïa

 

Une fleur tombée

Remonte à sa branche -

C'est un papillon !

 Camille

 

La jolie mousse humide

Au pied de l'arbre

Appelle l'orage.

                                                                                         Noé

 

Je vois les champignons qui ont poussé -

Je sens déjà leur odeur

Grillée.

 Marius

 

 La chèvre qui pâture l'herbe fraîche,

Le chat qui miaule -

Le printemps s'annonce.

 Gaétan

 

Joli papillon aux ailes bleues,

Tu voles si bien !

Mais où vas-tu ?

 Taïna

 

Une lavande sèche

Dans le vent frais de l'automne -

Je m'attriste de l'hiver qui vient.

 Séverin

 

 L'aube s'est levée -

Le muret en pierre

Semble avoir changé.

 Arnaud

 

 Sur le chemin de terre

Les feuilles dansent

Dans le vent.

 Lilian

 

 Des pierres roulent sous le chant des cigales

L'été s'annonce,

Plein de joie.

 Salomé

 

 Un papillon s'envole,

Une sauterelle saute -

Loin, bien loin des hommes.

 Lucie

 

Un oiseau migre

Dans le ciel d'automne

A l'horizon infini.

 Teddy

 

 Un cri -

Grattent, grattent

Les gratte-cul !

 Thorstein

 

 Le ravin couvert de pierres pointues -

L'automne est rouge,

La mort approche.

Zoé

 

 L'hiver arrive -

Il faut que je coupe

Quelques morceaux de bois.

 Yann

 

trafic de bulbes

On m'informe d'un trafic de bulbes entre la parcelle n° 5 et la parcelle n° 10. Certains échanges devraient avoir lieu le vendredi 17 novembre dan l'après-midi. La police est sur les dents. De sources proches de l'enquête, il semblerait que les rapports de voisinage aient alimenté ce projet qui se déroulerait à l'échelle nationale. Affaire à suivre…

images.jpg

La persévérante

La terre était meuble aujourd'hui, moelleuse comme un gâteau sortant du four. Brune. Belle. Sensuelle. Et cette plante couvre-sol . elle pousse avec une persévérance inouîe. sans eau. sans rien. je l'admire pour ce qu'elle fait: persévérer.

IMG_4534.jpg